Ma rencontre Bonheur avec Julie Laroche : Comment apprendre à s’aimer soi même ?

Ma rencontre Bonheur avec Julie Laroche : Comment apprendre à s’aimer soi même ?

Julie Laroche est coach et accompagne les hommes et les femmes afin que leurs vies s’alignent avec leurs âmes.

Passionnée par tout ce qui permet à l’être humain de s’aligner et par l’être humain en général, l’un de ses messages phares qu’elle exprime avec force et conviction est « Je me choisis ».

Au travers de cette rencontre Bonheur, Julie te partage comment apprendre à s’aimer soi même en se basant sur une période de sa vie où elle a perdu estime d’elle.

Elle te raconte ce que cela eu comme conséquences dans sa vie et dans son couple et comment elle a fait pour se relever et devenir la femme magnétique qu’elle est aujourd’hui.

Je suis honorée de te partager le résumé de notre échange dans cet article. Si tu souhaites suivre l’intégralité, il te suffit de cliquer sur la vidéo.

Si tu souhaites télécharger le podcast pour l’écouter depuis ton smartphone, clique ici et ensuite, télécharge l’audio en faisant un clic droit

Apprendre à s’aimer soi même c’est apprendre à se choisir

Se choisir signifie vivre la vie qui nous correspond en fonction de qui nous sommes vraiment profondément.

Cela signifie que pour apprendre à s’aimer soi même, il faut apprendre à lâcher le regard et les attentes des gens, de la culture et même de nous-mêmes lorsqu’on se demande d’être quelqu’un d’autre.

Julie est passée par ce processus de lâcher les attentes et les regards et même si elle ne savait pas encore réellement qui elle était, elle savait qu’elle ne voulait pas devenir quelqu’un qu’elle n’était pas.

En effet, ses diverses expériences dans lesquelles elle a essayé de correspondre à certaines règles pour que tout se passe bien lui ont démontré qu’au final, ça ne marchait pas. Pour illustrer ce concept, Julie partage 2 exemples personnels :

  • « On dit par exemple “fais des études et fais un bon boulot et tu seras heureuse”, mais là tout de suite, si je ne fais pas d’étude, j’irais voyager et cela me rendrait heureuse ». Julie a donc décidé de s’écouter et de partir un an et cette expérience lui a démontré qu’elle pouvait être heureuse et que tout allait bien et ce, sans suivre les règles. Forte de cette expérience, cela l’a motivée à se choisir plus encore par la suite.
  • « Quand j’étais petite, j’ai voulu couvrir ma sœur pour une bêtise qu’elle avait faite et ce faisant, cela a déplu à ma mère. La petite fille en moi s’est sentie coincée entre ma sœur ou ma mère. Dans tous les cas, il y en a une qui n’allait pas être contente. À ce moment-là, je ne comprenais pas que quoi qu’il arrive, elles m’aimeraient quand même. »
Apprendre à s’aimer soi même
Peu importe ce que nous faisons, nous serons aimés et nous déplairons également.
Suivre les règles extérieures pour être heureux n’est pas toujours ce qui nous correspond vraiment. Se choisir même si nous ne savons pas encore réellement qui nous sommes, servira notre bonheur.

Deux formes d’amour

Selon Julie, il y a deux formes d’amour. Pour apprendre à s’aimer soi même, apprends à développer et nourrir l’Amour divin:

  • Amour d’appréciation : on dira plus facilement « je t’aime » quand quelque chose nous fait plaisir,
  • Amour divin : que tu me fasses plaisir ou pas, je t’aime.

L’histoire de Julie qui a perdu estime d’elle-même

(à retrouver à 8’30’’ de la vidéo)

Lorsque Julie s’est mise en couple avec David Laroche, il était inconnu et c’était agréable pour elle. Après 2 ans, David est devenu connu. Julie n’était plus Julie « l’être humain », mais était devenue Julie « la copine de David Laroche ».

 « … Julie n’était plus Julie, mais était devenue Julie, la copine de David Laroche… »

Elle se disait « les gens ont plus d’intérêt pour David que pour moi ». Et même si elle comprenait cette idée, elle a commencé à perdre l’estime d’elle-même, car l’extérieur lui renvoyait que David était génial.

Au fur et à mesure du temps, Julie a commencé à se dire qu’elle devait aussi être comme lui, qu’elle devait faire en sorte que les gens l’apprécient.

Julie a commencé à regarder comment vivait David. Elle a commencé à se dire qu’elle devait faire pareil pour qu’on lui dise aussi qu’elle était quelqu’un de génial. Avec le recul, elle réalise qu’à ce moment-là, elle était occupée à s’abandonner.

Pour apprendre à s’aimer soi même, il importe d’apprendre à vivre selon son système de valeur

Plus les jours passaient, plus Julie se sentait profondément triste, car elle se forçait à être et à avoir les actions de quelqu’un d’autre. Elle voyait qu’elle se demandait de vivre selon le système de valeur de quelqu’un d’autre.           

Apprendre à s’aimer soi même
On a tous un système de valeur, des choses qui nous font vibrer et se demander de vivre selon un système de valeur qui n’est pas le nôtre nous rend malheureux, frustrés, amers, dépressifs, etc.
Lorsqu’on se dit « si j’étais comme lui/elle, j’aurais plus de valeur », on ne porte pas notre regard au bon endroit.
L’idée est de s’écouter, de se découvrir soi et de se demander ce qui nous donne de l’énergie et nous convient à nous.

Pour apprendre à s’aimer soi-même, apprends à ne plus te rejeter

« Quand je me suis rendu compte que je n’arriverais pas à être quelqu’un d’autre et qu’en plus cela me rendait malheureuse, je me suis dit “OK, je préfère retrouver mon bonheur et accepter que les gens ne me disent pas que je suis géniale. Je préfère d’ailleurs qu’on ne me dise pas que je suis géniale si c’est pour être profondément malheureuse à l’intérieur de moi” »

Julie ne veut plus vivre en fonction de ce que les gens commenteront sur qui elle est et ce qu’elle fait.

Elle a décidé de ne plus se rejeter, de ne plus se juger et de ne plus diriger une énergie mentale et émotionnelle contre elle. Pour apprendre à s’aimer soi même, « on a juste besoin de se choisir, de se valider soi sans même savoir qui l’on est ».

Comment fais-tu pour te valider sans te connaitre ?

« Il s’agit juste de le décider, c’est comme un saut de la Foix. Tu ne sais pas où tu vas et si ça se trouve tu risques de valider une facette de toi que les gens pourraient critiquer, rejeter, haïr. C’est courageux de se valider sans se connaitre. »

Julie a choisi de faire confiance, de lâcher prise sur les attentes

Le jour où Julie décide de se choisir

Le déclic est arrivé le jour où Julie et David ont été au restaurant avec une femme dynamique, pétillante et enjouée. Julie avait l’impression que cette femme avait en plus des attitudes séductrices envers David et Julie se disait que David allait finir par comprendre qu’elle n’avait pas de valeur, qu’elle était nulle et qu’en plus, au vu du nombre de femmes qui lui font des appels et de son succès croissant, il finirait par partir.

C’est à ce moment-là, au travers d’une musique qui passait dans le restaurant et qui portait l’énergie de « je me choisis », qu’elle s’est déconnectée de son histoire, qu’elle a pris de la hauteur et qu’elle s’est vue repliée sur sa chaise. Elle s’est alors dit « mais qu’est-ce qui t’arrive ! Redresse-toi, ce n’est pas possible de t’abandonner comme ça ».

Son dialogue intérieur lui permit de voir qu’en fait, il n’y avait pas de problèmes, et ce, même si David la quittait. Elle a alors décidé de se remettre au centre de sa vie et ce, peu importe ce qui pouvait arriver. S’ils doivent un jour se quitter, ils se quitteront et ce sera le mieux pour tous les 2 et ce sera parfait comme ça.

« Tant que je suis mon cœur et ma voie, tout ce qui arrive est en ma faveur et même quand on n’arrive pas trop à suivre son cœur, tout ce qui nous arrive est en notre faveur. »

Le conseil de Julie
Quand tu arrives à voir que plusieurs éléments de ton passé, même s’ils ont été difficiles, ont été en ta faveur, ça te donne confiance pour le futur.
Va chercher un moment de ton passé dans lequel tu penses qu’il n’y a eu que du challenge et vois comment il t’a aussi servi. Plus tu le fais, plus cela te donne confiance en la vie.

David ne savait rien de tout ça, car Julie ne laissait rien transparaitre.

Avec cette acceptation, Julie a mis des actions en place, dont celle de ne plus travailler pour David, et ce, malgré le risque qu’elle voyait qu’en plus de ne pas la trouver intéressante, David ne la trouve plus utile. Apprendre à s’aimer soi même demande de poster des actions concrètes.

Ce moment de bascule fit que, à ce moment-là, David s’est justement mis à l’aimer plus. Leur couple est passé à un autre niveau et Julie est devenue de plus en plus magnétique.

« Plus tu suis ton cœur, plus tu deviens magnétique »

L’énergie féminine (Yin) et masculine (Yang)

Pour apprendre à s’aimer soi même, apprends à reconnaitre ton mode de fonctionnement.

Peu importe qu’on soit un homme ou une femme, nous avons les 2 énergies en nous et nous avons une énergie avec laquelle nous sommes plus à l’aise.

La nature de Julie est celle de se laisser porter. Elle est plus branchée à l’énergie yin et David est plus connecté à l’énergie Yang.

La magie personnelle de Julie s’exprime quand elle commence par l’énergie féminine et l’autre vient aider la mise en place d’action

  • L’énergie yin : savourer le chemin.
  • L’énergie Yang : je veux quelque chose et je vais aller le prendre.

Trop d’énergie féminine peut amener de la frustration, car nous nous laissons trop porter, nous n’avançons pas.

Avec trop d’énergie masculine, il y a un risque de burnout parce que la volonté a aussi ses limites.

L’idéal est d’apprendre à enchainer ces 2 énergies. L’énergie féminine sert l’énergie masculine et inversement.

La question à se poser
Avec quelle énergie suis-je la plus connectée à mon feu, à moi ?
Résumé des pépites de Julie pour apprendre à s’aimer soi même 
– Décider de se choisir, peu importe ce que les gens vont penser. Tu préfères plaire aux autres et être malheureux ou être heureux quitte à déplaire ?
– Découvrir l’énergie avec laquelle notre magie personnelle apparait et l’utiliser en priorité tout en utilisant l’énergie opposée, très utile également.
– Vivre sa vie selon ses valeurs. Qu’est ce qui me correspond ? Qu’est-ce qui me parle ? Et oser avoir le courage de lâcher prise sur ce que vont en penser les gens.
– On peut avancer et se choisir même sans savoir où on va.

Julie, comment fais-tu pour lâcher prise ?

J’adore la manière dont Julie illustre le lâcher-prise à l’aide d’un simple élastique et je vous invite à regarder ce court moment à 44 minutes 25 secondes de la vidéo.

Y a-t-il une recette pour lâcher prise ?

« Il n’y a pas de recette, tu acceptes et tu avances sur ce qui te plait. Plus tu avances, plus tu te sentiras à l’aise avec le jugement. »

Doit-on avoir une mission de vie fixée dans le marbre pour avancer ?

Julie n’avait pas l’impression d’avoir de mission de vie à ce moment-là. Mais en fait, ce n’était qu’une impression, car en vérité elle l’avait déjà ressentie, mais elle ne se sentait pas prête à la voir, elle ne se sentait pas à la hauteur.

Aujourd’hui, Julie est prête à prendre le rôle de leader. Elle ressent son feu et sait se connecter à cette énergie de « je suis prête à aider les gens à vivre alignés avec leurs âmes, à être connectés à leurs cœurs. »

Avant, elle n’était pas capable d’assumer cela, elle avait peur des conséquences. Elle avait peur que certaines personnes fassent des mauvaises interprétations, ou qu’elle se fasse mal comprendre.

Aujourd’hui, Julie est arrivée à un point où son désir est d’aider les gens à créer de l’estime d’eux-mêmes, de se créer une magnifique relation avec eux-mêmes et elle lâche prise sur les connaissances qui la dépassent.

Perle de sagesse de Julie
Ce qui compte c’est d’aller vers ses rêves et de faire de son mieux en lâchant prise sur ce qu’on n’arrive pas à contrôler et sur les fois où on n’y arrivera peut-être pas.

L’amour de soi c’est être présent avec soi peu importe ce qui arrive

« C’est être capable de se porter un regard bienveillant et de rester présent avec soi et ce peu importe ce que nous faisons. Par exemple, quand tu fais une blague nulle et que tu t’arrives à t’accepter et à te dire “ça aussi c’est moi”, tu sauras rester présent avec toi les prochaines fois où ça arrive.

Cela marche avec tout. Si quand tu te trouves moche, tu te dis “je suis OK d’être avec moi”, tu es plus à l’aise si les autres te trouvent potentiellement moche. »

La citation de son grand-père
« Sois comme un roseau, le roseau plie, mais ne se rompt pas »
À partir du moment où on accepte que le vent peut nous faire bouger, que les circonstances peuvent faire bouger notre cœur et que l’on peut justement plier, on ne rompt pas.

Est-ce que l’on peut aimer ses parts d’ombre ?

Le mot « amour » peut créer des malentendus, et il est important de le définir.

« Aimer » dans ce cas-ci représente l’amour inconditionnel, la présence et est à différencier de l’amour « préférence » : J’aime les pâtes, boire un verre, danser ou je n’aime pas faire le ménage, quand il pleut. Je préfère l’harmonie au conflit, etc.

L’amour c’est être capable de faire confiance à ce qui se passe quand il y a du conflit pour composer avec ce qui se passe. Si je lutte, je ne me donne pas la chance de grandir ou de transformer ce qui se passe. On ne peut pas se laisser traverser par ce qui se passe/grandir si on résiste.

La part d’ombre est ce que nous ne souhaitons pas voir de nous, c’est ce que nous refoulons. Ce sont les traits de caractère que nous jugeons de mauvais, mais cela peut également être nos côtés lumineux que nous n’osons pas exprimer.

Aimer ses parts d’ombre c’est être présent à soi indépendamment de ce qu’on exprime.

Lutter contre les facettes de nous que nous n’aimons pas fatigue. Si je suis attachée à n’être que Julie qui gère, je vais très mal vivre quand je ne gère pas. Réussir à se voir dans toute son humanité, être présent avec soi dans les moments où nous exprimons nos parts d’ombre soulage.

C’est quoi pour toi l’amour de soi ?

C’est de savoir être présent avec toi peu importe les facettes que tu exprimes et ça demande de le décider de base.

Est-ce que tu décides de t’offrir un amour inconditionnel ou pas ? C’est un choix personnel sur lequel on a notre libre arbitre. Ça demande de se choisir même si on ne se connait pas encore pleinement.

Ce que je retiens comme pépites pour apprendre à s’aimer soi même

  • On ne peut pas lutter contre nos parts d’ombre et grandir en même temps.
  • Nos parts d’ombre peuvent représenter un côté lumineux qu’on refoule.
  • Il est possible de se choisir même si on ne sait pas exactement qui on est.
  • Nous fonctionnons selon une énergie particulière (féminine ou masculine) qu’il est intéressant de connaitre.
  • Vivre sa vie selon les valeurs de quelqu’un d’autre rend triste et amer.
  • Faire le saut de la Foix est courageux et, en même temps, nous permet de devenir de plus en plus magnétique.

💌 Vous avez aimé cet article ? Pensez à le faire découvrir à vos amis en le partageant. 💌
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 thoughts on “Ma rencontre Bonheur avec Julie Laroche : Comment apprendre à s’aimer soi même ?

  1. Merci Virginie de nous avoir donné accès à cette belle rencontre, à une personne sensible et authentique à la fois.
    Merci Julie pour ce magnifique témoignage, ce beau partage très personnel qui pourrait bien faire grandir l’humanité !
    Bonne continuation à toute les deux !

Laisser un commentaire

ton cahier   

LE TABLEAU DE VISUALISATION AU  SERVICE DE VOTRE BONHEUR 

t'attend GRATUITEMENT ici 💌